Ce périple de trois jours était un voyage de reconnaissance: peut-être faudra-t-il bientôt venir s'établir au bord du Rhône, soit dans le nord Ardèche soit sur la rive gauche, dans la "Drôme des collines". Alors autant savoir dès maintenant à quoi ressemblent ce pays et ses habitants.

Mardi 14 juillet 2009, départ à 11h00. Autoroute jusqu'à St Etienne (et même jusqu'à St Chamond où nous sommes arrivés par erreur). La route d'Annonay était mal indiquée ou alors nous étions distraits. Le Col de la République, Bourg Argental, Serrières et nous avions prévu de faire la première halte à St Rambert d'Albon afin de voir si cette ville pouvait être accueillante. La rue principale de St Rambert un après-midi d'un jour férié, c'est la mort. Je ne connais plus le nom de cette rue. Surnommons la "Avenue d'Istanbul". Donc on ne s'arrête même pas, on file vers Anneyron. Il était déjà plus de 14h00 et nous avons trouvé en contrebas du village un petit coin d'ombre, au bord d'un vieux lavoir à l'eau verte et stagnante. Ce village semble sans grand intérêt.  Nous décidons donc d'aller au bout de cette première étape: Albon.

A peine arrivés, on saute dans les maillots de bain avant de sauter dans la piscine bleue, dont l'eau était un peu moins verte que celle du lavoir d'Anneyron. Mais ça fait du bien quand même...

DSCN4752

La tour de l'ancien château d'Albon (du XI eme siècle, détruit lors des guerres de religion).

Sans_titre_1

Le soir, repas en commun avec le Wallon responsable d'une école d'orthophonie, l'Alsacien qui vendait du plastique, les enfants, la patronne...16 personnes à table. Puis nous avons retrouvé notre chambre qui s'était heureusement maintenue fraîche.

Le lendemain matin, j'étais sur les chemins à 6h30, appareil photo en main. Mais très peu de possibilité de promenade dans le coin: un seul chemin tout trempe de la pluie de la nuit. Il m'a conduit vers une petite grange typique des constructions de la région: murs en pisé (terre et cailloux). Parfois le pisé est recouvert d'un épais crépi qui se décroche. Ou alors les murs sont construits en galets disposés en oblique et scellés par un mortier. C'est bizarre, je ne trouve pas très joli et je n'aurais pas confiance dans cette terre si friable.

Parfois les maçons ont associé pisé et galets, comme dans cette grange.

DSCN4760

Après le petit déjeuner avec la grosse brioche maison, nous descendons la rive gauche du Rhône avec une première halte à St Vallier. L'entrée dans la ville se fait par le quartier de la Croisette, réputé pour sa délinquance et ses voitures brûlées.  Cette verrue est bien regrettable car St Vallier est une ville paraissant agréable: ses quais au bord du Rhône lui donnent un petit air d'une station balnéaire... le centre ville est animé à cette heure, les magasins sont nombreux. Nous sommes agréablement surpris. En revanche, la circulation sur la N7 qui traverse la cité gâche tout.

DSCN4767

DSCN4763

Le village de St Uze se trouve bien placé à quelques kilomètres de St Vallier. Nous nous y rendons.DSCN4770

Belles maisons de bourg en pierres, lotissements récents aux couleurs du sud....

DSCN4775

...c'est sympa, propre, calme. Un ancien Lyonnais nous dit bien que parfois, des groupes de jeunes viennent de St Vallier ou Romans pour se distraire....mais bon, c'est "pas plus qu'ailleurs" et puis c'est "quand même pas Lyon"....

"pas plus qu'ailleurs"....nous avons entendu cette remarque à plusieurs reprises lors de notre séjour. Qu'en conclure? Ce n'est pas Lyon, mais ce n'est pas l'Auvergne non plus. Alors...

Allez, on en débattra plus tard. Direction le sud, toujours sur la rive gauche: Tain l'Hermitage. On se gare sur un parking à l'entrée de la ville, sous les collines pentues recouvertes de ceps de vignes. On est ici sur les terres du Croze Hermitage. ça ne rigole pas !

DSCN4776

Le vin doit rapporter à la ville pas mal de royalties car, comparé à St Vallier, on semble ici dans l'opulence. Pas la peine de trop fouiner: le prix des maisons n'est pas adapté à ma bourse. Et puis la circulation infernale ! Il faut partir. On jette quand même un coup d'oeil à la ville: c'est joli et encore plus qu'à St Vallier, les quais du Rhône sont magnifiques (avec Tournon sur l'autre rive).

DSCN4778

Sans_titre_2

Nous passons le pont réputé pour ses embouteilages aux heures de pointe, pour aller visiter Tournon. La Drôme reste rive gauche et ici, c'est l'Ardèche. Malheureusement, pas une place pour mon camion sur les deux parkings situés en bord de route. Tant pis, on file. La voie ferrée et la route (encombrée de camions) sont coincées entre le Rhône et les collines ardéchoises.  Les villages traversés n'incitent pas à une halte. Nous arrivons à Sarras, notre étape du jour, bien avant l'heure prévue. Ne pouvant prendre possession de notre chambre avant 17h00, il a bien fallu patienter. Le bistrot situé aux feux tricolores n'a pas pu nous retenir bien longtemps: un vacarme infernal ! que faire? monter sur les collines en espérant y trouver un peu de fraîcheur car la chaleur devenait insupportable.

DSCN4784

Alors nous roulons au hasard sur la petite route en lacets jusqu'au village de St Jeure d'Ay. Pas de forêt, pas d'ombre, rien pour stationner. Des champs, des vergers, de la vigne....il faut absolument se mettre à l'abri sous peine de dessêchement !  Enfin une petite place au bord de la route pour se garer, on se précipite sous les trois seuls mètres carrés d'ombre dans une vigne.

Certes la vue sur Sarras et St Vallier est belle, mais là, on ne rigole plus du tout !

DSCN4795

Sans_titre_3

Allez, plus qu'une heure à attendre et l'on pourra prendre une douche dans notre chambre.

La propriétaire avait pensé à tout: une climatisation que pour nous ! Les Hollandais qui devaient occuper l'autre chambre se sont perdus en route. Nous serons donc seuls avec les propriétaires, y compris au repas. Nous avons mangé sous la tonnelle, c'était sympa.

DSCN4786

L'église de Sarras

La nuit a été beaucoup moins bonne que prévu, car j'avais arrêté la clim. Et dormir la fenêtre ouverte dans un bourg, c'est le bruit auquel nous ne sommes plus habitués: les gens qui parlent, les chats qui se battent, etc...

Après le petit déj. sous la tonnelle et avant de quitter le Rhône, on nous avait conseillé de passer voir le charmant village de Ponsas, à 4 km au sud de St Vallier. Effectivement, la vie doit y être agréable. C'est calme, bien placé, vue magnifique sur le Rhône.

DSCN4817

DSCN4813

Voilà...jeudi 16 juillet, en milieu de matinée, nous avons fait le tour de toutes les villes ou villages dans lesquels nous serons susceptibles de vivre dans quelques mois. On essaie de faire le bilan, mais le choix ne semble pas évident. Et puis plus que tout autre critère, c'est le prix des maisons qui décidera sans doute.

Il nous restait quand même à visiter Annonay, sur le chemin du retour. La ville est située à une vingtaine de kilomètres de la gare. Pour un peu que le prix de l'immobilier soit attractif, ce choix là ne serait pas impossible (malgré les conditions hivernales).

Nous montons sur le plateau depuis Andance et nous nous arrêtons boire un verre au premier bistrot de Davézieux. Des voitures, des camions dans tous les sens. On décide d'entrer dans le centre d'Annonay.

Oh misère ! Tous les vallons de la ville, toutes les collines sont recouverts d'immeubles, de tours de toutes les hauteurs. C'est pauvre, c'est sale, c'est vieux.

DSCN4819DSCN4820

Il y a apparemment une forte population africaine.  Pas la peine d'insister: pratiquement aucune chance que l'on vienne s'établir ici.

Quelle déception ! ce coin d'Ardèche est pourtant si joli. Dès la sortie d'Annonay en direction de Vanosc, c'est la vallée de la Cance. Après Villevocance, nous empruntons une petite route afin de rejoindre Bourg Argental. Le paysage est magnifique.

DSCN4823

DSCN4828

St Etienne, Veauche où nous nous arrêtons vers 13h00 pour manger une salade. Puis Montrond, Feurs et l'autoroute sous une chaleur accablante.

Très heureux de retrouver la fraîcheur de la maison. 586 kilomètres au compteur de la voiture.